Les pétroliers de 550.000 tonnes
Jacques Girard

Jacques Girard, ancien Chef Mécanicien à la SHELL en 1954, Ingénieur électronicien en 1964, Ingénieur d'Armement construction neuves en 1965, a partipé aux études, à la construction et à la mise en service de trois navires de 212.000 t, six de 276.000 t et deux de 550.000 t.

En 1976, la Société Maritime Shell, a fait construire aux Chantiers de l'Atlantique deux pétroliers de 550.000 tonnes de port en lourd. Les études avaient commencé en 1971 et s'étaient terminées en 1974. La première tôle a été usinée en janvier 1975, le premier navire BATILLUS livré en juin 1976, le second le BELLAMYA quelques mois plus tard. Ces deux navires étaient les plus grands navires construits au monde. Il furent suivis par deux sister ships pour un autre armement, le PIERRE GUILLAUMAT en 1977 et le PRAIRIAL en 1979.

Le Batillus, sujet de la plupart des photos présentées ici, a effectué 24 voyages entre l'Europe et le Golfe Persique, en contournant l'Afrique bien entendu. Sa carrière commerciale s'est terminée en août 1983 et il a rejoint un mouillage dans le fjord norvégien de Vestnes. Beaucoup de pétroliers étaient à la chaîne un peu partout dans le monde à cette époque, en attendant une évolution des marchés. Le Batillus rejoignit Kahoshiung (Taïwan) en décembre 1985 pour y être ferraillé.

La construction se fait en plusieurs grandes étapes. La coque est commencée sur une plateforme, puis trasférée dans une cale.
29 août 1975 55 jours de travail 66 jours de travail Pose du premier bloc de la chambre des pompes
L'étambot et les passages d'arbres porte-hélices sont constitués d'éléments coulés en fonderie et assemblés par CMR

Pose de la timonerie

Transfert de la plateforme dans la cale

Après transfert dans la cale

Pose d'une cheminée

      Entrée dans le bassin d'armement
 
Le GTR (Groupe Turbine Réducteur)
Groupes extra plats qui ont équipé de très nombreux pétroliers de 1960 à la fin des pétroliers vapeur et des méthaniers. A cette époque on ne trouvait pas sur le marché des moteurs lents à 80/90t/m. Les groupes Stal Laval avaient l'avantage d'être montés sous les chaudières. Le groupe était à triple réduction épicycloïdale (2 épicycloïdes et un pignon) sur la ligne HP et double sur la ligne BP (un seul épicycloïde et le pignon), ils étaient donc plus légers et moins encombrants que les turbo réducteurs classiques. Ils ont équipé des 65 000t (16 000 ch) aux 200 000t puis 270 000t et enfin les ULCC. Sur le Magdala premier VLCC en service, au premeir voyage, nous avons eu un gros pépin. En pleine mer, en avant toute, l'épicyclique BP s'est désaccouplé du pignon en plein golfe persique à Bahrein, d'où survitesse, ailettes de turbine arrachées et tubes de condenseurs coupés....; et je me suis occupé de la réparation sur rade qui a duré 60 jours avec des navettes aériennes avec St Nazaire. Nous avions 10 ouvriers des C.A. puis j'ai fait venir 5 manœuvriers machine du montage bord car nous ne pouvions pas sortir les pièces seuls du compartiment machin. Nous avons sorti le rotor BP, le pignon BP et le pignon HP (pièce la plus lourde : 9 t) les deux épicycliques HP et BP... expédiés à St Nazaire. Heureusement les Chantiers m'avaient fourni leurs meilleurs éléments qui étaient logés à bord travaillaient 12 à13 heures par jour. Pour les pièces lourdes, il avait fallu réaménager les avions cargo pour pouvoir répartir les charges.
  Les gouvernails, 2 safrans de surface unitaire de 125m² (qui se mettent en drapeau en "crash stop")
poids d'un safran et de sa mèche 220 tonnes. Ce sont le plus grosses pièces démontables à bord.
Les hélices ont un diamètre de 8,50m pour un poids de 52 tonnes.
  Les Dimensions
  longueur 414,2 m, largeur 63 m, creux (profondeur des citernes) 35,90 m, port en lourd 553.000 tonnes
poids lège 80.000 tonnes , citernes de ballastage 58.000 m³, déplacement en charge 633.000 tonnes
tirant d'eau au franc bord d'été 28,60m, jauge brute 274.000 tx environ
propulsion deux groupes turbo réducteurs de 32.500 ch à 86t/m
à pleine puissance vitesse en charge 16,7 nœuds et lège 19 nds
hauteur de la quille à la pomme du mât 74,5 m
poids d'une ancre 24 tonnes
Les images ci dessous donnent une idée de ces chiffres. On compare aux remorqueurs, ou au pétrolier de 20.000 tonnes "Port Vendres" qui fournit les soutes.
La hauteur du pont au dessus de l'eau donne aux remorques un angle inhabituel.
La taille des hommes sur la plage avant donne une idées des dimensions des apparaux et de la chaîne.
On remarque à l'arrière un curieux dispositif pour ramener plus bas le point de traction des remorques.
       
  La Passerelle. En fait à la timonerie il y avait aussi le PC machine et le PC cargaison que l'on pouvait séparer par une cloison amovible. En fait à la mer ainsi qu'au port, comme il n'y avait personne de quart tout était toujours ouvert, l'officier de quart passerelle se contentant d'acquitter les alarmes et de prévenir le mécanicien de service si une intervention était nécessaire.
 
  Les Emménagements, vastes et confortables.
Chambre du Chef Mécanicien Bureau du Commandant Salle à manger officiers Cabine équipage, avec toilettes
Salle à manger équipage Salle de réunion Fumoir officiers Bureau du Chef Mécanicien


Lors de la cérémonie de baptême, la personne qui intéressa le plus les journalistes aussi bien que les personnalités fut cette jeune officier. C'était sans doute une des pionnières dans ce métier très masculin.

Cette page appartient à Marine-marchande.net, le site français de la marine marchande
avec tous nos remerciements à Jacques Girard.