Le méthanier PROVALYS, en carénage à Brest, 2007.

Ce méthanier a été construit pour Gaz de France en 2006, par les Chantiers de l'Atlantique. A sa mise en service il était le plus grand du monde avec une capacité de transport de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) 154 500 m3. Il s'agit d'un méthanier à membrane bénéficiant de plusieurs innovations techniques, qui en font un méthanier performant et respectueux de l'environnement. Il bénéficie aussi d'un "green passport" IMO.

Cette visite a pu se faire à Brest pendant la visite de garantie, après un an d'exploitation. Nous remercions sincèrement Gaz de France d'en avoir autorisé la publication. Merci particulièrement à Monsieur Sainson, aux deux commandants rencontrés et à tout le personnel pour leur accueil et leurs conseils.


Photo Christian Herrou à l'arrivée à Brest

Caractéristiques principales
N° IMO : 9306495
Dimensions hors tout : 289,60 x 43,35 x 32,65 m
Tirant d'eau : 12,60 m
Jauge brute : 97 741
Capacité cargaison : 154 500 m3
Propulsion : électrique
Puissance totale : 28 000 kW
Vitesse : 20,5 nds
   
   

Le navire est géré techniquement par Gazocéan

 

Le 24 novembre 2007, le navire arrive sur rade. Il évite avec l'aide des remorqueurs, puis vient s'accoster en marche arrière au quai de réparations. Cela fait trois gros gaziers en même temps confiés aux soins du chantier Sobrena ! (ces quatre images sont libres)

  Sécurité :
La nature de la cargaison exige une grande rigueur et un grand professionnalisme. C'est pourquoi les méthaniers ne sont pratiquement jamais impliqués dans des accidents nautiques. Pendant les 30 dernières années des méthaniers ont effectué de part le monde environ 33.000 voyages, et il n'y a jamais eu de perte de confinement de la cargaison. En 1979 le "El Paso Kaiser" s'était échoué à Gibraltar, mais les cuves n'avaient pas été endommagées, malgré des dégâts importants aux fonds. Pour renforcer la sécurité, Gazocéan utilise aussi les services d'une société privée, pour améliorer encore la surveillance et la vigilance.

  Visite de la passerelle :
Vaste, et pourvue de tous les équipements modernes, la timonerie est aussi remarquable par ses énormes baies vitrées en fronteau.
Station de relevés météo
Console regroupant tous les paramètres de navigation.
Moniteur commun aux 23 caméras vidéo de surveillance.
Des armoires regroupent les éléments de surveillance sécurité incendie, et de communication interne.
Les différentes commandes sont répétées
sur les ailerons de passerelle.

  Le carénage :
Après un an d'exploitation le carénage ne s'imposait pas. Mais on profite de la mise en cale sèche pour refaire quand même un nettoyage et une peinture de la coque.
Le bulbe retrouve ainsi sa belle apparence du neuf.
       
       

  La cargaison :

 

Les méthaniers chargent le gaz sous forme liquide, à la pression atmosphérique à une température de -162°. Le gaz est maintenu froid uniquement par l'isolation des cuves. Le Provalys dispose d'un nouveau système d'isolation très performant, dit CS1. Ce système, considéré comme une amélioration majeure, a été élaboré par Gaztransport et Technigaz qui ont une longue expérience dans ce domaine. Il est, entre autres avantages, plus économique et plus rapide à installer. Les cuves sont entourées d'une double barrière remplie d'azote gazeux destiné à empêcher toute réaction avec l'oxygène atmosphérique

La surface en contact avec la cargaison est couverte d'une membrane en invar de 0,7 mm d'épaisseur. On voit dans cette étincellante cathédrale la tour supportant les tuyautages et les pompes. On a rarement l'occasion de les admirer. En exploitation on garde tout le temps un peu de gaz pour tenir le froid et alimenter les moteurs.
Le PC Cargaison est un vaste local, avec une large visibilité sur le pont. Toutes les informations concernant l'état des cuves, et la situation générale du navire sont regroupées ici, sur plusieurs moniteurs. D'ici on peu surveiller et aussi agir sur certaines fonctions : ouverture/fermeture de vannes, marche/arrêt de pompes ...

Cet ordinateur spécialisé, le "loading master" calcule les poids, les tirants d'eau, l'assiette et les efforts sur la structure. Le Second Capitaine peut calculer, prévoir, contrôler les opérations. A gauche le système de surveillance de l'atmosphère dans les différentes enveloppes autour des cuves

       
Pour le profane l'ensemble des tuyautages sur le pont forme un impressionnant entrelacs. Tous sont peints en blanc immaculé. Les tuyaux de cargaison sont généreusement calorifugés, et repérés par des anneaux de couleur : bleu pour le liquide et rouge pour le gaz. En effet en chargement les cuves se remplissent de liquide et le gaz retourne à terre, il n'y a pas de dégagement à l'atmosphère.
 
Pendant l'exploitation, le gaz qui s'évapore des cuves est récupéré et envoyé aux moteurs qui fournissent l'énergie nécessaire à la propulsion du navire. L'excédent, s'il y en a, est brûlé dans des "oxydisers" pour éviter une pollution atmosphérique. En dernier recours des mâts munis de clapet de sécurité peuvent relâcher le gaz en cas d'excès.
C'est dans ce vaste local, que le gaz venant de la cargaison est réchauffé et compressé à 4,3 bars pour être envoyé aux moteurs.
L'excédent de gaz est brûlé par ces "oxydisers".

  Les ponts :
  Des armoires de sécurité, peintes en rouge, contiennent les systèmes à mousse capables de recouvrir le pont en cas d'incendie. Un système d'arrosage peut protéger les endroits les plus critiques.
Les treuils et guindeaux sont électriques.
Les échelles de pilotes sont enroulées sur des tourets, solution bien commode, étant donné leur poids.
Les ballasts sont munis de gros tuyaux de trop plein, qui permettent de renouveler l'eau de ballastage en faisant déborder.
 
Embarcation de sauvetage...
.. et canot de secours
Tri sélectif rigoureux de tous les déchets
  Le SARA est venu livrer du carburant avant le départ. (ces quatre images sont libres)


Cette page appartient à www.marine-marchande.net, le site français de la marine marchande