Tidewater, fondé en 1955 par la famille Laborde, de la Nouvelle-Orléans, affirme avoir inventé l'industrie des services maritimes offshore en mettant en service dès 1956 l' "Ebb Tide", le premier navire jamais conçu pour ce type de travail. Tidewater a débuté ses activités dans le golfe du Mexique, puis s'est installé au Vénézuela et de proche en proche dans le monde entier. Tidewater a grossi à plusieurs reprises par des acquisitions: les américains Zapata Gulf Marine et Hornbeck Offshore Services en 1992 et en 1996 puis le britannique OIL Ltd en 1997. En 2006, Tidewater cédait quatorze remorqueurs à Crosby Marine Transportation pour 37,2 millions d'euros, la compagnie entendait réinvestir dans des navires plus performants. C'était entre 210 et 350 millions d'euros qui étaient prévus d'ici 2011 pour le renouvellement de la flotte et le développement international.
En 2015, Tidewater, grand rival du groupe français Bourbon dans le segment des supplies offshore, annulait cinq nouvelles commandes en Chine. A l'arrivée, ce seront quatre sur douze supplies qui seront livrés. En 2016, Tidewater prévenait qu'il risquait de faire faillite si les négociations avec ses créanciers échouaient et ceci suite à des prévisions d'activité dans le forage pétrolier, marché moteur des navires supplies, en baisse. Avec 300 supplies, Tidewater était dans le trio de tête des armateurs offshore mondiaux.
Un sursis lui était accordé en 2017, 115 sur 263 de ses navires détenus en propre ou affrétés étaient sous cocon au 31 décembre 2017. En juillet 2018, Tidewater et son compatriote Gulfmark Offshore fusionnaient par échanges d'actions pour créer un géant des supplies. Ce groupe devenait le premier armateur mondial avec 273 navires, dont 69 issus de Gulfmark.
Tidewater prévoyait de se séparer de 46 navires en 2020. Il prévoyait par ailleurs de revoir ses positions géographiques. Il entendait diminuer sa présence au Brésil et dans le sud-est asiatique. Il faisait part aussi d'une amélioration de ses résultats en 2019 avec un chiffre d'affaires en progression de 20%. Au final, ce seront 56 navires qui seront vendus en 2020. A l'inverse, il avait acquis onze "crew-boats" modernes pour 5,3 millions de dollars. Au global, sa flotte a été ramenée à 172 navires à la fin 2020. Sur ces 172 navires, 114 étaient actifs, 35 mis à l'arrêt et 23 étaient disponibles à la vente.

AMAZON TIDE  
 
RUSSEL TIDE
 
Site Internet
Cette page appartient à www.marine-marchande.net, le site français de la marine marchande