La marine marchande au jour le jour...

Petits
reportages


Page précédente
Page suivante
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : Aghios Efstathios - Apostif - Argovind - Aura - Avald - Bao Chang - Celandine - Charles de Gaulle - Chemi Star - CMA CGM Jefferson - CMA CGM Medea - CMA CGM Otello - Corse - CSCL Barcelona - Deang - Derwent - Dumont d'Urville - Emma Maersk - Emmanuel - Gemini Star - Great Britain - Great Eastern - Great Western - HC Ida - Koseow - Leviathan - Marvellous - Mistral - Monte Cinto - Ocean Queen - Oosterpoort - Oskar Floa - Paglia Orba - Parnassos - Pin - Red Jet 4 - Saint - Saint Tudy - Savannah - Sibi - Sirius - Uthorn - Zélande

11 juin 2006

Roland Grard :
Shipspotting rapporte qu'un incendie à détruit les emménagements du porte-conteneurs géant en construction à Odense (le EMMA MAERSK). Les photos sont impressionnantes.:

NDLR : Le webmaster du site a bien voulu me communiquer les photos dont voici quelques-unes. Vous pouvez voir les originaux chez : 112-odense.dk/ en cliquant sur le titre
09/06-2006 Skibsbrand, LindsØ
Le feu a été découvert le 9 à 18 h 53 et n'a été maîtrisé que le 10 à 08 h 30. L'enquête est toujours en cours mais on pense qu'il a été provoqué par un ouvrier utilisant un chalumeau.


Bernard Torchy

Quelques photos du trafic Dunkerquois sous le soleil....:

Sorties des écluses des CELANDINE et MISTRAL

CELANDINE
CELANDINE
MISTRAL
MISTRAL
CELANDINE - RoRo - IMO 9183984 - 161x25,2x24 m - TE 6,5 m - JB 23 987 ums - JN 7 196 ums - PL 9 415 t - P 9 980 kW (2 mot. MAN) - V 18 nds - 340 EVP (8 reefers) - Constr. 2000 (Kawasaki) - Expl. Euroship - Pav BHS
MISTRAL - Ex DERWENT - LPG - IMO 9009190 - 99,75x15,80x7,50 m - TE 5,9 m - JB 3 494 ums - JN 1 049 ums - PL 4 428 t - P 2 460 kW - V 13 nds - Capacité 3 320 m3 - Constr. 1990 - Hanseatic Shipping Cyprus - Pav CYP

Le long des quais...
le SIBI et l'AGHIOS EFSTATHIOS...

SIBI
AGHIOS EFSTATHIOS
 
SIBI
AGHIOS EFSTATHIOS

SIBI - Cargo de divers - IMO 7905869 - 155x22,81x13,21 m - TE 9,2 m - JB 13 402 ums - JN 7 693 ums - PL 16 436 t - P 8 355 kW - V 16 nds - Capacité  GRN 24 380 m3 / 380 EVP (10 reefers) - Constr. 1981 - Pakistan National Shipping - Pav PAK
AGHIOS EFSTATHIOS - Ex CHEMI STAR - Ex GEMINI STAR - Cargo de divers - IMO  8109096 - 91,91x14,00x6,90 m - TE 5,66 m - JB 2 584 ums - JN 1 402 ums - PL 3 594 t - P 1 471 kW - V 10,8 nds - Capacité GRN 4 983 m3 / 100 EVP (12 reefers) - Constr. 1982 (Narasaki Shipbuilding Co., Ltd) - Propr. Aghios Efstathios Shipping Company Ltd - Expl. Mastrogiorgis Shipping Co - Pav CYP

Enfin, sur fond de haut fourneau, le MARVELLOUS et l'OCEAN QUEEN
MARVELLOUS
OCEAN QUEEN
 
MARVELLOUS
OCEAN QUEEN

MARVELLOUS - Vraquier - IMO 9254707 - 225,00x32,26x19,30 m - TE 14 m - JB 38 868 ums - JN 25 276 ums - PL 75 746 t - P 9 100 kW - V 14,5 nds - Capacité GRN 89 250 m3 - Constr. 2002 -  Expl. Toyo Kaiun - Pav PAN
OCEAN QUEEN - Vraquier - IMO 9278571 - 289,00x44,98x24,40 m - TE 18 m - JB 87 618 ums - JN 56864 ums - PL 171 015 t - P 16 852kW - V 15 nds - Capacité GRN 190 153 m3 - Constr. 2004 - Propr. Roadstar Marine (Panama) - Expl. Ocean Longevity Shipping - Pav HKG

et au quai de la ferraille, le HC IDA et l'AURA
HC IDA
AURA
 
HC IDA
AURA

HC IDA - Ex OOSTERPOORT - Cargo de divers - IMO 9195717 - 88,0x12,5x7,0 m - TE 5,4 m - JB 2 545 ums - JN 1 460 ums - PL 3 850 t - V 11 nds - Capacité GRN 5 320 m3 / 193 EVP - Constr. 2001 - Expl. Lohmann Bereederingen - Pav ATG
AURA - Cargo de divers - IMO 9041306 - 85x13x6,9 m - TE 5,4 m - JB 2 416 ums - JN 1 358 ums - PL 3 601 t - P 1 483 kW - V 12 nds - Capacité GRN 4 780 m3 / 197 EVP - Constr. 1992 - Expl. Meyering Bernd Verwaltungs (Allemagne) - Pav ATG


Jacques Girard — Quelques photos de l'arrivée du CdG le 9 juin à 8h50 à Toulon.

10 juin 2006

Françoise Massard — Devinette... Quel est le navire qui répond à la définition suivante : Considéré comme un « géant » au moment de mon lancement, je suis resté mythique dans l’histoire maritime. Ma « vie » débuta pourtant bien mal puisque je fis mes premières victimes lors de ma mise à l’eau : une chaîne destinée à freiner ma course vers mon élément se rompit, tuant plusieurs personnes venues assister à cet évènement. Je possédais six mâts, chacun portant le nom des six premiers jours de la semaine. Autre indice : un auteur célèbre du 19e siècle écrivit un ouvrage dont je suis le héros. Enfin, je roulais très fort et ne fus quasi… jamais rentable !
Philippe Gimbret, Yvon Perchoc et Jean-Pierre Bruyas répondent de conserve : le GREAT EASTERN !
GREAT EASTERN
Il s’agit bien, en effet, du GREAT EASTERN conçu par un architecte de génie, Isambard Kingdom Brunel. Celui-ci avait déjà à son actif le GREAT WESTERN, en bois, lancé à Bristol en 1838 (il arriva à New York juste après son contemporain le SIRIUS, mais lui ravit le record de vitesse le "Ruban Bleu" n'existait pas encore...), et le GREAT BRITAIN, le premier paquebot à coque métallique (rivetée, avec un double fond) et à hélice, lancé en 1845. Le premier "steamer" transatlantique fut le SAVANNAH (sa vie fut malheureusement courte : 1819-1821).

Le GREAT EASTERN est sorti du chantier de la banlieue londonienne J. Scott Russel (sis à Millwall, sur la Tamise) en 1858 (ou 1857 selon les sources !). Imaginé sous le nom de LEVIATHAN (du nom du monstre marin de la Bible), il changea de nom en cours de construction. Vu la taille du paquebot, Brunel revint à la roue à aubes et le navire fut donc propulsé à la fois par hélice et par une paire de roues.
 

Ses caractéristiques sont : Longueur HT 211 m – Largeur 25 m (j’ai aussi lu 36 m ??? je n'y crois pas) – Épaisseur de la coque 25 mm pour les œuvres vives et 19 mm au-dessus de la ligne de flottaison – Jauge brute 19 219 tx (d’autres sources annoncent 18 915 tx ou encore 22 000 tx) – Déplacement 27 859 t (32 000 t selon d'autres archives) – Diamètre des roues à aubes 17,1 m (les plus grandes jamais construites, cf. photo ci-dessus de Robert Howlett, Londres) – Elles sont mues par un moteur 4 cyl. de 3 900 ch – Hélice (de plus de 7,3 m de diamètre) mue par un moteur de 4 900 ch – Six mâts (surface totale de voilure 5 450 m2) – Vitesse 14 nds - Capacité passagers max. 4 000 – Capacité fret 6 096 t. Après ses problèmes bien connus de lancement (plusieurs essais répartis sur plusieurs mois), il en eut également lors de ses essais en mer : explosion d’une chaudière, qui fit six morts.
Le Great Eastern, par Dudley


Après un début d'exploitation peu rentable comme paquebot sur la route de New York, puis une avarie sur sa propulsion lors d'une grosse tempête sur l'Atlantique Nord, il est partiellement désarmé. Après une remise en route, suivie d'un échouage, il est finalement transformé en navire câblier en 1865 (ou 1864, selon les sources) : il embarque jusqu’à 4 200 km de câbles. Il posera le premier câble transatlantique en 1866. Il opérera comme tel jusqu’en 1874 où il sera relevé par un navire spécialisé : le FARADAY. Vendu aux démolisseurs en 1888… après avoir été transformé momentanément en entrepôt flottant en 1886 à Liverpool et même en casino flottant ! Je crois qu’il a servi aussi de transport de « touristes » pour l’exposition universelle de Paris de 1867.
Triste anecdote : lorsque les démolisseurs l’ont partiellement fait sauter à l’explosif, ils découvrirent les squelettes de deux ouvriers probablement emmurés dans la double coque partielle quelque 30 ans plus tôt.
Jules Verne effectua une traversée à bord en 1867 et publia « Une ville flottante » en 1871.
(les deux photos du Great Eastern ont été publiées dans l'ouvrage collectif "Mémoires de la mer. Cinq siècles de trésors et d'aventures". Sous la direction scientifique de Marie-Pierre Demarcq et de Jean de Préneuf et la direction éditoriale de Sophie de Sivry. L'Iconoclaste, 2005).
 

Jean-François de Bie

Il ne reste rien du GREAT EASTERN à l'exception de quelques pieux (toujours visibles à marée basse) appartenant à sa cale de construction à Millwall, où il avait été construit parallèlement à la rivière pas assez large pour permettre une approche plus conventionnelle. Cette disposition a été la cause d'énormes difficultés lors du lancement.

En revanche, le GREAT BRITAIN a survécu et peut être visité à Bristol dans la cale sèche où il a été construit. La visite est hautement recommandée, c'est une merveille, d'autant plus que ce navire a été le premier d'une longue génération et que les emménagements en particulier sont très semblables à ce qui s'est fait jusqu'à la fin du 19e siecle.

GREAT BRITAIN
Photo prise lors d'une visite en 1987
(aujourd'hui, la restauration du navire
est à peu près complète)
 

9 juin 2006

DUMONT D'URVILLE

Yvon Perchoc

Nous évoquions ce matin la triste fin du célèbre navigateur Dumont d'Urville (qui, entre autres expéditions, découvrit la Terre Adélie), mort dans un tragique accident ferroviaire en mai 1842.

Un vraquier français de la CGM a porté le nom de cet explorateur maritime. Il est ici photographié au mouillage à l'embouchure de l'Escaut, en juin 1986.

Lancé à Hiroshima en 1977 sous le nom de DUMONT D'URVILLE, il devient briévement ZELANDE en 1989, puis PARNASSOS en 1990 et enfin BAO CHANG (Pan) en 1995. C'est sous ce nom qu'il arrive à Xinhui (Chine) le 18/09/2001, pour y être démoli.

André Le Mens

Le RED JET 4, de l'armement anglais Red Funnel, a comme marraine la célèbre navigatrice Ellen Mac Arthur. Ce navire a été lancé en 2003.

IMO 9295854 - 39x10,88x3,05 m - TE 1,3 m - JB 342 ums - JN 120 ums - Propr./Expl. Red Funnel (Southampton) - Pav. GBR

8 juin 2006
 
Yvon Perchoc — Quelques jours de vacances sur l'île de la Dominique, entre Guadeloupe et Martinique, m'ont permis de rapporter des photographies d'épaves dans le port de Portsmouth.
Difficile d'imaginer la furie des flots lors des cyclones, lorsque l'on regarde cette rade calme où dodelinent tranquillement quelques petits caboteurs au mouillage. Et pourtant chaque hurricane signe son passage d'une ou deux épaves de plus. Cinq d'entre elles sont quasiment échouées au pied des maisons du front de mer. Il s'agit des navires suivants.
EMMANUEL
Navires en rade
Trois épaves à Portsmouth
EMMANUEL
EMMANUEL, petit cargo à la mature atypique, construit à Lauenburg en 1966 (IMO 6622862) sous le nom de UTHORN. Posé sur le sable à 25 m des maisons, il leur a changé la vue sur mer en vue sur coque rouillée.
APOSTIF
OSKAR FLOA
Epave non identifiée
APOSTIF
OSKAR FLOA
Un autre petit caboteur, très délabré et non encore identifié, gît depuis très longtemps à terre de l'EMMANUEL.
A terre de l'EMMANUEL aussi, un ancien chalutier transformé en caboteur est posé sur le flanc tribord. Il m'a semblé décrypter APOSTIF sur la coque mais je n'ai rien trouvé correspondant à ce nom et toute info sera la bienvenue. La coque semble en meilleur état que celles des autres épaves.
OSKAR FLOA
OSKAR FLOA
ARGOVIND
PIN
Très proche des habitations, le norvégien OSKAR FLOA se délabre peu à peu. Il avait été construit à Arendal en 1951.. IMO 5266192 - Jauge brute 289 - Longueur 43,49 m - Largeur 7,32 m.
Lancé en 1956 à Boizenburg, l'ARGOVIND prend les noms de KOSEROW jusqu'en 1971, puis de DEANG (1972), de AVALD (1973) avant de devenir ARGOVIND en 1973.
PIN
Plus dans le sud de la baie, au pied d'un grand cocotier, gît une ancienne unité de l'Escadre Noire de la Marine Française : le remorqueur portuaire de 700 cv PIN. Je l'avais aperçu au mouillage de Sainte-Anne en Martinique en janvier 1999. Son naufrage est donc relativement récent. Il avait gardé son nom d'origine mais sous pavillon de Saint-Vincent et Grenadines. Curieusement, sa grande hélice en bronze est toujours à poste (comme les hublots avec tape du ARGOVIND !).
Devant la discordance des infos collectées sur place, je préfère m'abstenir sur les dates d'échouement.

Le SAINT, ci-contre, est-il un précurseur du projet X-Bow du chantier Ulstein, déjà évoqué sur ce site à propos du BOURBON ORCA (1).

(1)Il s’agit d’un AHTS (Anchor Handling Tug Supply), pour plateformes pétrolières entre autres. Cette forme d'étrave semble avoir été conçue par Ulstein pour mieux amortir les vagues qui frappent le navire lorsqu'il est immobile, en opération de manipulation des ancres.

SAINT au mouillage à Portsmouth
le 6 juin 2006

Projet X-bow du chantier Ulstein

Fabien Montreuil — Voici quelques photos du CMA CGM MEDEA, le plus gros porte-conteneurs jamais reçu au Havre. Il est arrivé en escale hier soir au Terminal de France de Port 2000. Long de 350 m et large de 42,80 m, il peut transporter 9 415 EVP, avec 700 prises frigo (pour comparaison, le MSC PAMELA qui a déjà escalé au Havre a une capacité de 9 200 EVP). Il navigue sous pavillon français (il est immatriculé à Marseille). Livré le 12 mai dernier, ce PC est également affecté à la FAL.Sa jauge brute est de 99 500 ums. IMO 9299800.
CMA CGM MEDEA
CMA CGM MEDEA
CMA CGM MEDEA
CMA CGM MEDEA
Pour opérer les 2 000 mouvements prévus au cours de son escale havraise (soit plus de 3 000 EVP), en moyenne cinq portiques ont été affectés au CMA CGM MEDEA par l'opérateur GMP. Malgré l'importance de l'escale, le Terminal de France accueillait parallèlement d'autres navires : le CMA CGM JEFFERSON, arrivé un peu plus tard dans la soirée, ensuite remplacé par le CSCL BARCELONA, alors que l'opérateur attend dans l'après-midi le CMA CGM OTELLO (porte-conteneurs de 8 400 EVP). L'activité commerciale à Port 2000 confirme donc sa montée en puissance avec 27 navires opérés depuis la mise en service le 18 avril dernier. (Info PAH)

7 juin 2006

Stephane Le Roux

Voici quelques photos du SAINT TUDY en carénage en février 2006 au port de Lorient. Ce navire transbordeur assure la liaison Lorient - Ile de Groix.

ll est hissé hors de l'eau avec un chariot élévateur roulant d'une capacité de 650 t, ce qui en fait le plus puissant d'Europe. La manutention entre le début des manoeuvres à l'eau et la fin sur le terre-plein se fait en deux heures. On apercoit une partie du chariot sur la photo du navire vu de la proue.

ST TUDY
ST TUDY
ST TUDY
ST TUDY

Loîc X — Quelques photos de navires de la SNCM
CORSE
CORSE
PAGLIA ORBA
MONTE CINTO
Le cruise-ferry CORSE
Le navire-mixte PAGLIA ORBA
Le bulbe du MONTE CINTO
Page précédente Page suivante

Cette page appartient à www.marine-marchande.net, le site français de la marine marchande