La marine marchande au jour le jour...

Petits
reportages


Page précédente
Page suivante
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : Acajou 2 - Agat - Agathe - Aigiorgis - Alcoa Trader - Amagisan - Angela - Bakala - Baltic - Baltic Confidence - Bandama - Bestekar Gara Garaev - Beyla - Bilma - Birthe Theresa - Boa Transporter - Boffa - Bouca - Bulk Cyg - Calédonien - Catherine Delmas - CGM Mascareignes - CMA CGM Kiwi - Eships Agamid - ETPM 1601 - Facal Veinte - Ferraro Hermanos - Ferroland - Frans Hals - Futura - Ibn Zaidoun - Ile d'Arz - Iran Najim - Island of Cyprus - Jamaica - Kamina - Khourigba - Kittanning - Kumasi - Louis Delmas - Madison - Maersk Vungtau - Marseillais 3 - Mater Dei - Mikhail Stenko - Millenium Baltic - Mol Rainbow - MSC Rachele - MSC Susanna - MSC Togo - Nam Hoi - Nedlloyd Bordeaux - Nedlloyd Zeelandia - Neptunia - Nicea - Nikolay Chernyshevskiy - Nissos Kypros - Nord Thumbelina - Olga - Osa Rotterdam - Oslo Salvator - Oxenturm - P&O Nedlloyd Los Angeles - Pandion - Pasteur - Pavel Korchagin - Red Cygnet I - Remus - Renée Delmas - Rotterdam - Saint Germain - Samuel de Champlain - Sea Mirage - Sea Skyline - Seabulk Cygnet I - Searay - Simoon - Vasiliy Belokonenko - Ville de Rouen - Virgo - Wal Ubangi

18 novembre 2006


Histoire d'oreilles d'âne... Photos et souvenirs

V.G. Havelka — J'ai en effet connu les "oreilles d'âne", il y a longtemps sur un navire de construction américaine, type "Three islands ship", ex ALCOA TRADER. Nous avions en stock à bord des petites manches à air que l'on pouvait insérer dans les hublots et capter de l'air frais en laissant la porte entrouverte le plus souvent. Il n'était pas question de les utiliser le navire en marche, mais plutôt au mouillage dans des pays chauds. C'était le cas à Chittagong (premier port du Bangladesh – NDLR) qui m'est resté à l'esprit, peut-être à cause de l'odeur (ou parfum) de l'air ainsi aspiré.

Yvon Perchoc — Le cargo en question ne serait-il pas le KHOURIGBA de la Franco-Chérifienne de Navigation ?

V.G. Havelka — Si, bravo ! Voici une photo du Khouribga à Marseille en 1949.
Dernier voyage (janvier 1951) : Dairen, Singapour, Aden, Lisbonne, Brest, Copenhague (pour déchargement), puis Rosyth (Ecosse) où il arrive le 07.03.1951 pour y être démoli.

Yvon Perchoc — Revenant aux "oreilles d'âne", voici un agrandissement d'une photo du T2 KITTANNING, où l'on peut en apercevoir quelques-unes.

Jean-Claude Lanéry — Nous en avions sur les Liberty-ships. Dès qu'il faisait chaud, les portes des cabines étaient souvent ouvertes, même la nuit, et nous mettions ces "oreilles d'âne" dans les hublots. A dix noeuds, nous pouvions les utiliser "en route", plutôt sous le vent. Elles étaient équipées de moustiquaires pour les mouillages et ports.

Jo Kerdraon — Les "oreilles d'ânes" étaient des pièces semi-cylindriques, souvent en zinc, que l'on glissait dans les hublots et qui prenaient plus ou moins le vent selon la vitesse, mais aussi les... embruns si l'on ne faisait pas attention ! (Photo Cdt Lanfant dans son ouvrage sur les MM).

Hervé Cozanet — Il s'agissait d'une sorte de demi-cylindre en tôle, du diamètre d'un hublot, long de 50 ou 60 cm. Installé à l'extérieur du hublot, il forçait la brise à entrer dans le local. Source de beaucoup d'incidents : entrées d'eau de pluie ou carrément de paquets de mer. La nuit, quand on circulait sur les coursives extérieures, sans beaucoup d'éclairage, on les prenait parfois douloureusement dans la figure...

Jean-Yves Brouard — Selon les souvenirs des anciens que je recueille depuis plus de 20 ans, il a souvent été question des "oreilles d'ânes" sur les cargos, pétroliers ou paquebots fréquentant les mers chaudes, dans les années 40 et 50 surtout. Ces pièces, adaptées aux hublots, pouvaient être pivotées de l'intérieur. Ci-contre une photo du PASTEUR sur laquelle on distingue quelques "oreilles d'âne" (photo Louis Tissinier).

André Le Nay — Pour la "clim", rien de plus simple pour les mécaniciens que ces "oreilles d'ânes" qui ne risquaient pas de tomber en panne.... Il y en avait dans chaque cabine , une par hublot (avec leurs moustiquaires) et un "poste de mer" pour les remiser. Les tirebords des hublots pouvaient aussi les bloquer. Question efficacité... j'ai le souvenir que nous finissions fréquemment notre nuit sur le pont des embarcations ou le spare deck en traînant notre matelas parmi ceux des occupants déjà installés.


Roland Grard

Les bateaux-pilotes de Brest , La Valbelle et La Vandrée (ci-contre à gauche), étaient récemment évoqués. Voici, à droite, l'un de leurs illustres ancêtres. Cette pilotine en bois n’était plus guère utilisée à la fin des années 70 et, au début des années 80, des pilotines en polyester ont pris la relève, l’Hermine puis la Valbelle.



Philippe Lauga
— Le remorqueur de haute mer FACAL VEINTE, que j'avais photographié à Pasajes (Guipúzcoa, Espagne) le 11 novembre 2005, a coulé à 105 milles de la côte de Galice (Cap Ortegal) le 22 mars dernier.
Apparemment, une voie d'eau s'est déclarée dans la salle des machines alors que le remorqueur revenait de Norvège et se dirigeait vers Cadix. Le remorqueur a dû être évacué et a fini par couler. Les neuf membres de l'équipage, tous originaires de Galice, ont été récupérés par le chalutier espagnol "Pardo" et ont débarqué sains et saufs à Burela. Je n'ai appris ce naufrage qu'aujourd'hui en faisant quelques recherches sur le net.

Il avait été lancé en 1974 aux Chantiers BV Scheepswerven (Pays-Bas), sous le nom OXENTURM, et avait porté successivement les noms suivants : OSA ROTTERDAM (1974) - ROTTERDAM (1995) - RED CYGNET I (1996) - SEABULK CYGNET I (1998) - BULK CYG (2001) et était devenu FACAL VEINTE en 2005.

IMO 7381685 - LHT 40,8 m - PL 508 t - P 4 122 kW

André Le Nay — Je suis bien peiné d'apprendre le naufrage de l'OXENTURM, qui fut le premier "supply" que j'aie cotoyé dans ma carrière à l'Off-shore pétrolier. L'OXENTURM, de l'armement allemand OSA (Brème), était en effet avec son homologue norvégien OSLO SALVATOR, le "chien de garde" de la Barge ETPM 1601 et effectuait pour son compte toutes sortes de travaux de servitude, principalement la manutention des ancres, mais aussi du remorquage et de l'avitaillement en denrées et matériels divers et même en personnel. J'y ai fait mon premier embarquement en septembre 1977. (...) Ensuite j'ai eu souvent l'occasion de voir l'OXENTURM travailler au service de la barge qu'il accompagna partout, des confins de l'Ecosse aux frimas du Détroît de Magellan et même sous le soleil de... Copaccabanna... mais c'est une autre histoire. Voilà la raison de ma peine d'apprendre le naufrage de ce vieux compagnon.

Christian Plagué

Voici deux photos prises hier matin; l'une (TRANSPORTER II) restituant les conditions parfois difficiles de prise de vue, et l'autre, celle du passage du navire maltais AIGIORGIS (Valletta), en provenance de La Pallice et à destination de Cheviré, pour y décharger 1 900 t de bois en grumes exotiques

 

 Transporter II... de jour
 Photo du 21/08/06

AIGIORGIS - IMO 7903017 - Ex JAMAICA - Ex MILLENIUM BALTIC - Ex BALTIC CONFIDENCE - Ex BALTIC - Vraquier - 146,68x22,86x12,20 m - TE 9,05 m - JB 10 763 ums - JN 6 459 ums - PL 17 686 t - P 5 736 kW - V 14,3 nds - Constr. 1979 - Propr. Pio Shipping Company Ltd (La Vallette) - Pav. MLT.

Philippe Lauga — Vous êtes propriétaire d'une compagnie maritime et souhaitez acquérir des navires un peu rétro mais franchement plus beaux que la grande majorité de ceux qui fréquentent nos ports français ? Vous avez environ 4 millions de dollars en poche ?
Alors vous pouvez vous offrir ces deux superbes navires ! Deux "Pioners"... euh non, deux "Nikolay Zhukov".. (vous savez faire la différence?).
Ils étaient jusque là propriété de la compagnie ukrainienne CFD (Commercial Fleet of Donbass) et sont à vendre depuis peu.
J'espère qu'ils trouveront rapidement une nouvelle et bonne compagnie pour leur permettre de poursuivre leur carrière avec l'espoir de les revoir par chez nous...

VASILIY BELOKONENKO (photo de gauche) - Ex SEA SKYLINE - IMO 7431260 - Cargo de divers - 136,8x17,8x10,4 m - TE 7,5 m - JB 6 641 ums - JN 3 259 ums - PL 8 540 t - P 4 998 kW - V 16,5 nds - Capacité GRN 11 350 m3 / 219 EVP - Constr. 1974 - Propr./Expl. Donbass, Mariupol, Ukraine) - Pav. UKR.
MIKHAIL STENKO (ci-dessus, à droite) - Ex SEA MIRAGE - IMO 7509627 - Cargo de divers - 136x17,8x10,4 m - TE 7,5 m - JB 6 641 ums - JN 2 996 ums - PL 7 700 t - P 4 998 kW - V 16,5 nds - Capacité GRN 11 350 m3 / 219 EVP - Constr. 1975 - Propr./Expl. Donbass, Mariupol, Ukraine) - Pav. UKR.

Christian Plagué
Hier, le passage du navire suédois PANDION (Stockholm), en provenance d'Anvers et à destination de Nantes pour y décharger 4 495 t de bitumes.
Et un cliché pris le 12-10, lors de son passage dans l'estuaire de la Loire, du BIRTHE THERESA (Isle of Man), de retour de Nantes, après y avoir livré 2 000 t d'huile de palme.

BIRTHE THERESA - IMO 9083184 - Chimiquier/Pétrolier - 87x12,3x7,65 m - TE 5,5 m - JB 2 094 ums - JN 969 ums - PL 3 403 t - P 1 883 kW - V 12 nds - Capacité 4 014 m3 - Constr. 1995 - Expl. Herning Shipping (Danemark) - Pav. IOM.

Philippe Lauga
Décidément, les navires qui fréquentent Nantes – Saint-Nazaire visitent aussi notre petit port de Bayonne.
Voici deux photos du bitumier PANDION prises le 20 février dernier. Pardon pour la surexposition sur la photo où il franchit la barre de l'Adour. Ce jour là, après plus d'une semaine de tempête, le soleil faisait enfin son retour et le port rouvrait. Juste derrière lui, c'était le tour du Pavel Korchagin...


Jean-François De Bie — Souvenirs... d'abord le BEYLA, mon premier embarquement aux Chargeurs, navire du temps des punka-louvres (Le Havre 1966), puis un oiseau des mers simplement parce que c'est joli, enfin dans la plume avec au premier plan une pontèe probablement signèe par le Cdt Lanéry (Kerguelen 73/74).


Françoise Massard
— Le BEYLA faisait partie de la série des "B", tous du nom de villages africains : les Beyla, Bilma, Boffa, Bouca – construits au Canada (Davie Shipbuilding, Lauzon) – et les Bakala et Bandama – construits en Belgique (J. Cocke Rill, Hoboken).

Longs initialement de 130,47 m, ils furent jumboïsés à 140,09 m (en 1962). Leur largeur était de 16,95 m et leur jauge variait selon le navire : 4 448 tx à l'origine (puis 6 749 tx) pour le BEYLA. Son port en lourd était de 7 227 t (puis 9 000 t). Sa vitesse était de 14 nds, pour une puissance de 5 000 ch (3 680 kW / Moteur Sulzer 2T / 8 cyl.).
Le BEYLA fut donc lancé le 6 décembre 1946 et son premier voyage (août 1947) l'amena de New York à Dakar. Il navigua pour les Chargeurs Réunis jusqu'en 1967, date à laquelle il devint FERRARO HERMANOS (Nassau), puis OLGA (1970). C'est sous le nom d'ANGELA qu'il fut ferraillé à Bilbao à la fin de la même année.
D'après la "Bible" des Chargeurs, l'ouvrage de J. Beaugé et R.P. Cogan

Yvon Perchoc

Il y a quelques temps, un intéressant "petit reportage" sur le pinardier MATER DEI avait été publié sous la signature de Jean-François De Bie. En voilà une photo que j'ai récemment acquise.


17 novembre 2006

Roland Grard — Accostage du KAMINA (Otal) cet après-midi sous un ciel chargé. Il s’agit de l’un des quatre porte-conteneurs «Place du village» construits par les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire pour Delmas. Le Kamina fut mis en service en 1982 sous le nom de RENEE DELMAS.
IMO 8002573 - Ex CGM MASCAREIGNES - Ex NEDLLOYD BORDEAUX - Ex VILLE DE ROUEN - Ex IBN ZAIDOUN - PC - 177x28x16,1 m - TE 11,4 m - JB 20 829 ums - JN 8 447 ums - PL 26 288 t - P 8 832 kW - V 18,5 nds - Constr. 1982 - Propr. Otal Investments (Bahamas) - Pav. BHS.

Appareillage du KUMASI d’Abidjan cet après-midi. Construit en Chine, il a été mis en service en 2002 sous le nom de WAL UBANGI.
Jean-Claude Cornier Comme WAL Ubangi, il n'était qu'affrété par WAL. C'est de naissance le CATHERINE DELMAS de la famille MARIE, JULIE, NICOLAS et le MOL RAINBOW (né comme LOUIS DELMAS).

IMO 9220859 - PC - 195,6x30,2x16,6 m - TE 11 m - JB 26 061 ums - JN 10 209 ums - PL 30 453 t - P 24 824 kW (mot. 2T / 8 cyl. Man-B&W) - V 21,5 nds - Constr. 2001 (China Shipbuilding Corporation, Kaohsiung, Taiwan) - Pav. BHS.

 
Les trois portiques baissent leurs avant-becs une fois les grues du Kamina débordées.
- Spreader verrouillé, les flippers se redressent automatiquement.
- Les châssis des tracteurs sont de type « corner less », cet astuce permet de déposer les conteneurs avec leurs twist-locks directement sur la remorque. A l’embarquement ces mêmes twist-locks sont mis en place lorsque le conteneur arrive sous le portique. Le Kamina n’est pas à proprement parler un navire récent, les twist-locks dont il est équipé sont de type manuel, ils sont mis en place irectement en pontée.
Jean-François De Bie — Quelques explications avec accès au plan de twistlocks automatiques brevetés et utilisés par K-Line.
Ce mode opératoire n’est plus aujourd’hui d’actualité, les twist-locks semi-automatiques et «fully automatic» ne nécessitent pas de présence de personnel en pontée, ce qui réduit considérablement les risques d’accidents. Leur mise en œuvre est également beaucoup plus rapide.

Un remorqueur abidjanais, l’ACAJOU 2, ex-MARSEILLAIS 3 construit à Bordeaux en 1981.

IMO 8016847 - 27,5(LPP)x8,9x4,5 m - TE 3,5 m - JB 216 ums - P 1 736 kW - Constr. 1981 (Ateliers et Chantiers du Sud-Ouest, Bordeaux) - Propr./Expl. Ivoirienne de Remorquage et de Sauvetage (Abidjan) - Pav. CIV.


Philippe Lauga — Naufrages en série
sur la côte landaise il y a bientôt 30 ans.
Détails

André Le Mens — J'ai retrouvé dans mes archives
cette photo d'un navire échoué, à priori sur les côtes françaises.
C'est une photo issue d'un dossier Abeilles International.
Quel e
st ce navire ?

Miguel Rodriguez et Gwénaëlle Gourdet — Il s'agit du FRANS HALS,chalutier-usine russe, échoué sur la plage Miramar à Biarritz le 20.11.96.
Miguel Rodriguez Le remorqueur AGAT avait en remorque le chalutier FRANS HALS, à destination de Bilbao pour y être détruit. Ils furent pris dans une tempête et la remorque a cassé. Toute la nuit, l'AGAT a tenté de repasser une remorque, mais en vain. Le FRANS HALS dérivait irrémédiablement vers la côte, avec à son bord quatre marins russes. Dans l'après-midi, le chalutier est finalement venu s'échouer sur la plage Miramar à Biarritz.
C'est la société Abeilles International qui a été affrétée pour déséchouer le navire. Il a fallu commencer par pomper les 62 m3 d'hydrocarbures mélangés à l'eau de mer, puis alléger au maximum le chalutier, boucher toutes les fissures dues au chocs avec les rochers, préparer le terrain avec des power blocks (poulies) pour transfert des forces, installer des ancres de retenue pour permettre la giration du navire et attendre les bons coefficients de marée avant de tenter le déséchouage du navire grâce à une force de traction estimée à environ 340 t. Pour ce faire, étaient sur zone l'ABEILLE FLANDRE, l'ABEILLE SUPPORTER (actuellement AQUITAINE EXPLORER) et l'ABEILLE PICARDIE (actuellement MARIDIVE 6000).
Cette opération a duré environ trois semaines, jusqu'au 13.12.96, 5h42 du matin, heure à laquelle le chalutier a commencé à bouger. Dans la matinée, il rejoignit les abysses dans la fosse de Capbreton.
Pour plus d’informations, cf. «Le naufrage du Frans Hals à Biarritz le 20 novembre 1996», par Maurice Lacour (Lacour Ed.).

Yvon Perchoc

Le remorqueur AGAT précédemment évoqué est russe (79_1074_7640495).
La photo ci-contre le représente au Havre le 3 juillet 1990.

AGAT - 58,55x12,67x5,90 m - TE 4,7 m - JB 1 183 - JN 232 - PL 440 t - V 13,2 nds - Constr. 1976 - Propr. Murmansk Salvage Dept - Pav. RUS.

 
Le minéralier ILE D'ARZ, renommé REMUS, a connu lui aussi une fin par échouement. Le 1er avril 1968, il se rendait de Matanzas, sur l'Orénoque, vers Port of Spain lorsqu'il s'est jeté sur Emerald Shoal, un récif corallien, à 20 milles dans l'est-nord-est de Trinidad. Le naufrage s'est déroulé par gros temps et le navire s'est brisé en deux à la position 10°35,5'N et 060°37,8'W. Il avait été lancé en 1943 à Goteborg mais livré en 1945 sous le nom de FERROLAND (Suède). En 1961, il était devenu ILE D'ARZ à la Société Maritime Nationale puis le panaméen REMUS en 1967.

Christian Plagué

Ce matin à Donges 5, le tout récent navire danois NORD THUMBELINA (Copenhague) venu charger 22 000 t de gazole.

IMO 9309978 - Chimiquier/Pétrolier - 182,86x27,40x16,80 m - TE 11,6 m - JB 24 048 ums - JN 11 098 ums - PL 38 492 t - Constr. 2006 (Guangzhou Shipyard International Co. Ltd., Chine) - Pav. DNK.


16 novembre 2006


Roland Grard
— J'évoquais récemment le retour à Abidjan des "oldies" suite à la réorganisation des services MSC. Et bien voilà le MSC TOGO, ex-NEDLLOYD ZEELANDIA est en opération cet après-midi à Abidjan.
IMO 7811484 - Ex NEDLLOYD ZEELANDIA - Ex P&O NEDLLOYD LOS ANGELES - Ex VUNGTAU - Ex MAERSK VUNGTAU - 205x31x18,8 m - TE 10,2 m - JB 30 175 ums - JN 9 052 ums - PL 23 678 t - P22 492 kW - V 21 nds - Capacité 1 548 EVP (409 reefers) - Constr. 1980 (Giessen-de Noord) - Propr. Principe Navigation (Liberia) - Expl. Ciel Shipmanagement (Athènes) - Pav. LBR.
André Le Mens — D'après le Marin du 27 octobre, le MSC Togo a inauguré le nouveau service direct express de MSC, le 27 octobre dernier. Cinq navires de 1 500 EVP travaillent sur cette ligne entre Anvers, Felixstowe, Le Havre, Las Palmas, Tema et Abidjan. A Las Palmas, les navires pourront transborder les conteneurs vers Dakar, Lomé, Cotonou, Lagos et Douala.

Fabrice Lacroix — En complément de la photo prise par Roland à Abidjan, voici quelques vues du MSC Togo au quai de Bougainville, au Havre, le 29/10/06.


Yvon Perchoc

Ce navire est un fidèle du Havre. Le voici entrant dans le port normand le 2 juillet 1990 sous le nom de NEDLLOYD ZEELANDIA, pavillon néerlandais.
En regardant les photos de détails, on s'aperçoit qu'il est toujours doté de ses anciennes embarcations de sauvetage non fermées. Dommage que l'évolution des techniques en matière de survie en mer ne soit pas prise en compte.


Jean-Claude Cornier

Ci-joint deux photos du AMAGISAN (Hong Kong) lors de son arrivée à Rouen ce matin. Ce navire est la plus gros jamais reçu sur place avec 157 998 t de port en lourd. Le précédent record datait d'avril 2000 avec 151 688 tpl.
L'AMAGISAN aurait pu battre un autre record rouennais... celui de la longueur avec ses 280 m... mais le CETRA CORONA (lors de son escale du 24 mars 1985) avait fait mieux... avec 280,02 m. !

AMAGISAN - IMO 9056715 - Vraquier - 280x43x24 m - TE 16,3 m - JB 79 852 ums - JN 52 063 ums - PL 157998 t - P 14 389 kW - V 14,7 nds - Constr. 1993 - Propr. Triumph Sea (Hong Kong) - Expl. Eurasia International (Hong Kong) - Pav. HKG.

Jean-Marc Cassou

Une autre vue du minéralier AMAGISAN. Il est actuellement en escale dans le port de Rouen (quai Sogema, Grand-Couronne) où il décharge une cargaison de 68 200 t de charbon. Il venait de Richards Bay (Afrique du Sud), via le Havre où il avait effectué un déchargement partiel.


Christian Plagué

Ce soir à Donges 5, le navire allemand SEARAY (Bremen) venu charger 25 000 t de naphta.

IMO 9255490 - Chimiquier/Pétrolier - 169,7 m - JB 21 329 ums - PL 32 310 t - Constr. 2004 - Propr. Searay (Allemagne) - Expl. German Tanker Shipping (Brême) - Pav. DEU.


Communiqué PAH — Le port du Havre jumelé avec le premier port du monde : Shanghai (Extraits)
Vendredi 3 novembre, un an après la signature d'un protocole d'intention le 11 octobre 2005 au Havre, les ports du Havre (75,6 Mt en 2005) et de Shanghai (443 Mt en 2005) ont signé un accord de jumelage, consolidant ainsi les très bonnes relations existant entre eux. La cérémonie officielle de la signature par Jean-Pierre Lecomte - Président du Conseil d'Administration du Port Autonome du Havre - et M. Xu Peixing - Directeur Général de l'Administration Portuaire Municipale de Shanghai - s'est tenue à Shanghai dans les locaux de l'autorité portuaire. (...).
Par ce jumelage, les communautés portuaires du Havre et de Shanghai affichent leur volonté de coopérer sur nombre de dossiers mais surtout d'échanger leurs expertise et savoir-faire dans de nombreux domaines : le développement et la gestion portuaire, les activités logistiques, les réseaux de transports intérieurs, la construction portuaire et la protection de l'environnement ainsi que les technologies de l'information… (Ci-contre, photo de Port 2000).
Bien que de dimensions très différentes, les ports du Havre et de Shanghai sont confrontés aux mêmes défis et opportunités : tous deux sont leaders de leur pays pour le trafic conteneurisé (Le Havre avec 2,1 millions d'EVP et Shanghai avec 18 MEVP en 2005) et ont en particulier pour caractéristique commune d'être des ports d'estuaire. Leurs problématiques peuvent donc se comparer. Ainsi, l'expérience du Port du Havre en matière de conduite de grands projets, tel que Port 2000 récemment, réside non seulement dans sa capacité technique à construire de nouvelles infrastructures mais également dans son aptitude à prendre fortement en compte la protection de l'environnement et, au-delà, dans son implication à restaurer les fonctionnalités biologiques du milieu estuarien.
Ce savoir-faire havrais présente un grand intérêt pour notre homologue chinois qui poursuit la construction du gigantesque port en eaux profondes des îles Yangshan, relié au continent par un pont de 32,5 km (le pont de Donghai, ci-dessus). Cette nouvelle plateforme portuaire dédiée aux conteneurs et ouverte en décembre 2005 a d'ailleurs fait l'objet d'une visite de la délégation havraise qui a ainsi pu découvrir d'autres modes d'exploitation et d'autres technologies.
Photos CMA CGM - Armateurs de France

Stéphane Nigeon — Effets de lumières sur l'estuaire de la Loire. Voici, prises hier soir à Saint-Nazaire, les photos du sablier SAINT GERMAIN et de la drague SAMUEL DE CHAMPLAIN.

Yvon Perchoc Le roulier de Marfret NEPTUNIA, qui effectue des rotations Fort de France - Pointe à Pitre - Port of Spain - Bridgetown, est en panne depuis quelques semaines. Il est actuellement remplacé par le Ro-Ro maltais NICEA (La Vallette).
Le NICEA fût construit à Rostock en 1987 comme NIKOLAY CHERNYSHEVSKIY pour l’ex URSS. Il fait partie de la série des «Kompozitor» de dix unités (les noms des neuf autres navires commencent par Kompozitor). En 1998, il devient brièvement MADISON le temps d’un affrètement, puis devient BOA TRANSPORTER. Le 6 juin 2000, il est victime d’un échouement près de Brevik (Norvège) occasionnant des voies d'eau dans la salle des machines. Il est cependant remis à flot après déchargement d’une partie de ses camions. Vendu en 2004, il devient NICEA.
Je me souviens avoir vu dans l’arsenal de Toulon, en 1999, l’un de ces navires, le BESTEKAR GARA GARAEV (Baku), chargeant du matériel militaire. Une présence inimaginable une dizaine d’années plus tôt ! Mais c’était après l’éclatement de l’URSS et il battait un pavillon pas très courant
: l’Azerbaïdjan.
Neptunia
Nicea
Nicea et Neptunia
Bestekar Gara Garaev

NICEA - IMO 8606642 - 125,9x16,2x11 m - TE 5,7 m - JB 6 894 ums - JN 2 068 ums - PL 4 673 t - P 5 375 kW - V 14,5 nds - Constr. 1987 (VEB Schiffswerft Neptun, Rostock, Allemagne) - Propr. Erwina Shipping Ltd (Malte) - Expl. CAN Foreign Trade inc. (Istanbul) - Pav. MLT.
BESTEKAR GARA GARAEV - Ro-Ro - IMO 8316041 - 125,9x16,2x11,6 m - TE 5,6 m - JB 6 884 ums - JN 2 068 ums - PL 4 673 t - V 15,8 nds - Constr. 1984 - Propr./Expl. Azerbaijan State Caspian Shipping (Baku) - Pav. AZE.

Jean-Claude Sinnesael — Etat d'avancement, en quelques vues, de la maquette du CALEDONIEN (deuxième du nom) 1952-1975, qui appartenait aux Messageries Maritimes.

NDLR — Et l'original... lors de son lancement le 26.04.1952 (photo publiée par W.H. Miller dans Passenger Liners French Style) et en aquarelle - sur carte marine - réalisée par le Cdt B. Donne, Master M.S.V. Club Med 2 (Série MM).

158,60x20,60 m - TE 7,87 m - JB 13 700 tx - PL 9 350 t - P 7 213 kW (Moteur B&W 2T / 10 cyl) - V 16,3 nds - Six cales - Constr. 1952 (Ateliers et Chantiers de France, Dunkerque) - Capacité passagers 366 (en 4 classes) - Equipage 138 membres (dont 16 officiers et 69 agents des services généraux) - Affecté à la ligne Nouvelle Calédonie-Australie, via Panama - Devient NISSOS KYPROS en 1972 après sa vente à Efthymiadis Lines (Le Pirée) puis ISLAND OF CYPRUS - Ferraillé en 1975.


15 novembre 2006

Christian Plagué

Prise de vue inhabituelle de Saint-Brévin, pour l'arrivée hier 14-11 à Donges Arceau du navire finlandais FUTURA (Porvoo) venu livrer 23 210 t de gazole.
IMO 9255282 - Chimiquier/Pétrolier - 169,5x23,8x14,8 m - TE 10,9 m - JB 15 980 ums - JN 7 777 ums - PL 25 084 t - Constr. 2004 (Jinling Shipyard, Chine) - Propr./Expl. Neste Oil Corp. (Espoo, Filnlande) - Pav. FIN.

Et, aujourd'hui, un nouveau, le tout récent ESHIPS AGAMID (Gibraltar) à Donges 5 (ci-dessus à droite), venu charger 10 000 t d'essence de pétrole.
IMO 9353864 - Chimiquier/Pétrolier - 127,6x20,4x11,7 m - TE 8,6 m - JB 8 473 ums - JN 3 911 ums - PL 13 130 t - Constr. 2006 (Hyundai Mipo Dockyard Co) - Propr. Eships Agamid (Iles Marshall) - Expl. Northern Marine Management (Clydebank, UK) - Pav. GIB.

Ronan Dolain

Il y avait un exercice incendie au Havre, à "Jonction", terminal pétrolier qui se trouve en face du quai de l'Europe. La pression de la lance était impressionnante !


Port du Havre — Escale du MSC SUSANNA à Bougainville : plus de 3000 mouvements. Arrivé en provenance de Zeebrugge le 12 novembre, le MSC Susanna, qui est aligné sur le service Silk Express desservant la Chine (Hong Kong) et la Corée, a réalisé 3 295 mouvements de conteneurs pendant son escale au quai Bougainville. Six portiques ont été affectés à cette opération par Terminaux de Normandie. Il est le sister-ship du MSC RACHELE bien connu au Havre.
MSC SUSANNA (Panama)
MSC RACHELE (Panama)
Photos Fabien Montreuil

MSC SUSANNA - IMO 9290543 - 336,70x45,60 m - TE 13,40 m - JB 107 849 ums - JN 57 577 ums - PL 110 624 t - V 26 nds - Capacité 9 178 EVP (700 reefers) - Constr. 2005 (Samsung Heavy Industries, Corée du Sud) - Propr. Susanna Compania Naviera (Panama) - Expl. Expl. Mediterranean Shipping Co - Pav. PAN.
MSC RACHELE - IMO 9290282 - 334x43 m - TE 15 m - JB 90 745  ums - PL 101 874 t - Constr. 2005 - Propr. Rachele Compania Naviera (Panama) - Expl. Expl. Mediterranean Shipping Co - Pav. PAN.


Roland GrardLa flèche de grue du CMA CGM KIWI a été remise à bord sur deux 40’ «flat collapsible» utilisés comme base. Elle devra être reconditionnée avant le retour du navire en Afrique de l’Ouest. L’itinéraire du PC prévoit des escales à Durban, Colombo et Singapour, il est donc vraisemblable que ces réparations se feront en Afrique du Sud et que la grue sera opérationnelle lors de l’escale suivante à Durban.

Stéphane Nigeon Ce soir, je me suis attardé sur le pétrolier Iranien IRAN NAJM arrivé aux appontements de Donges 7 lundi midi. Il doit y livrer 154 612 t de pétrole brut.
IMO 079092 - 332x58,05x26,8 .m - TE 22,02 m - JB 156 809 ums - JN 108 127 ums - PL 298 731 t - P 27 572 kW - V 15,7 nds - Capacité 331 295 m3 - Constr. 1996 - National Iranian Tankers - Pav IRN

André Le Mens
Le remorqueur SIMOON de l'armement hollandais ITC est parti de Brest aujourd'hui, normalement après avoir embarqué divers matériels. Il vient de passer un mois au mouillage devant le port anglais de Falmouth, en attente d'un contrat de remorquage Rotterdam-Brésil. Contrat non conclus mais remplacé par un autre : le remorquage d'une drague qui se trouve à Jacksonville (USA) et dont la destination finale est Bahrein. 15 jours de mer pour se rendre aux USA, puis un mois à un mois et demi pour l'autre partie du parcours.
IMO 7705788 - 55x11,2x5,2m - TE 4,9 m - JB 978 ums - JN 293 ums - PL 928 t - Deux moteurs Fuji de 3 059 kW - V 14,5 nds - Constr. 1977 (Matsuura Shipyard) - Pav PAN.
Photographié par Yannick Le Bris

Et, dans un autre ordre d'idée, voici le "clean-up vessel" NAM HOI, équipé d'un système de récupération et de séparation des huiles, appartenant à l'armement Hong Kong Salvage & Towage. Il est destné à assurer la propreté des eaux du port de Hong Kong. Et tous les remorqueurs portuaires de cet armement sont équipés "écolo" avec des réducteurs de pollution atmosphérique, etc.

11x2,5x1,6 m - TE 0,9 m - JB 6 ums - P 134 kW - V 8 nds - Constr. 2001 - Pav. HKG.

Page précédente Page suivante

Cette page appartient à www.marine-marchande.net, le site français de la marine marchande